Love is all !
Banner
Comportement féminin

Demain, j’arrête le SMS après 22h

Qui n’a jamais envoyé un texto pendant une soirée très (trop) arrosée à un mec vaguement rencontré la veille (cela fonctionne aussi avec l’ex, le sexy collègue du bureau, le voisin de palier…) ? Les filles ayant répondu non à cette question sont soit mineures, soit de splendides faux cul ou tout simplement complètement sobres.

Bien évidemment, ce type de message ne devrait jamais arriver à son destinataire. Enfin, ça c’est ce que l’on se dit le lendemain de ladite soirée où l’on regarde, fébrile, notre téléphone et que l’on découvre dans la boîte d’envoi le (ou les – en fonction du degré d’alcoolémie dans le sang car cela a vraiment un lien de cause à effet) texte(s) rédigé(s) avec ferveur dans la nuit.
C’est en général à ce moment précis que des flashs de la soirée remontent :

– Oui, vous avez saoulé le serveur car vous ne vouliez pas quitter cette petite terrasse où vous refaisiez le monde avec votre copine.

– Oui, vous vous êtes servie du panneau stop pour faire une démo de pole dance avec du lierre dans les cheveux piqué sur la façade de l’immeuble voisin.

– Oui, vous avez demandé à 3h du matin au taxi de vous emmener chez Moune car vous vouliez danser alors que vous avez une énorme réunion de travail le lendemain.

– Oui encore, vous vous êtes autocassée un coup avec un mec sublime car pendant qu’il essayait de vous faire danser la salsa, vous tentiez le remake de Dirty Dancing (forcément quand il vous a vu lui foncer dessus en esquissant un saut de l’ange, il était trop tard pour vous rattraper… vous vous souviendrez le lendemain 16H d’où viennent les bleus sur votre corps).

Quand on voit jusqu’où l’on peut aller, on doit s’avouer la vérité ?
Non, ils n’aiment pas recevoir des sms de filles complétement pétées. Au mieux, ils décident de l’oublier, au pire c’est vous qu’ils oublient (après avoir tout de même fait tourner votre prose à tous leurs potes). Non, ils ne comprennent pas pourquoi vous leurs faites une demande d’ami sur facebook alors que vous les avez juste croisé trois minutes douze semaines avant. Non, ils ne répondront pas à un message tardif du type « ça m’a fait tellement plaisir de te voir il y a trois mois. Apéro bientôt ? » ou encore « Tu me manques ».
A la limite, le seul message qui fonctionne (sauf avec l’ex qu’on s’est tapé pendant trois ans) c’est le « J’ai envie de toi » ou tout autre phrase bénéficiant d’une connotation sexuelle. Sauf que le lendemain, si ce fameux Paul (mec dont on n’a plus de nouvelles depuis deux ans et dont on ne se souvient presque plus du visage) vous envoie un « je suis en bas de chez toi », assumerez-vous aussi bien l’élan de la veille ?

Mais soyons lucides, non, nous n’arriverons jamais à stopper ces envois inopinés. La meilleure solution serait de ne pas prendre nos portables lorsque l’on sort (mais comment joindre le code abonné de Uber ou du Cab ?). Nous pourrions aussi réclamer aux bouygues, SFR, facebook et autres, une option « filles en détresse » qui permettrait d’enclencher une alerte. Dès l’envoi du sms, cette alerte se mettrait en place et n’effectuerait l’envoi qu’après validation de notre part, 12 heures après !

Mais quoiqu’il en soit, restons comme on est, un jour nous tomberons peut-être amoureuse d’un commercial Orange (payé à la commission sur le nombre de sms envoyés), sur un jeune de 10 ans notre cadet (personne ne communiquant que par texto et écriture affiliée) ou encore juste sur un mec bien qui ne jugera pas nos faiblesses et surtout les états dans lesquelles deux ou trois copines peuvent se mettre lorsqu’elles se retrouvent en soirée !

Lady Montmartre

La bonne astuce : créez un nouveau contact nommé « À Utiliser Bourrée », et enregistrez-y votre numéro ou celui de votre meilleure pote. La prochaine fois que vous serez tentée d’envoyer un texto pourri, utilisez-le ! Mieux encore : la nouvelle appli Drunkblocker !

Banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *