Love is all !
Banner
Le coin des célibs

Demain, j’arrête de garder les enfants de ma soeur

Samedi 11h25, vous êtes encore dans votre lit en vous demandant si cet horaire peut être considéré comme une grasse mat’ ou s’il est possible de pousser jusqu’à 12h10. La couette épouse parfaitement les contours de votre corps. Vous vous étirez et tournez dans votre lit (avantage d’être célibataire, vous avez de la place et n’assommez personne à chaque mouvement intempestif), bras en croix et jambes en équerre (j’aurai pu écrire en grand écart, mais vous n’êtes pas si souple). Bref, le bonheur… quand soudain…

– « Allo ? Ma sooooooeur, dis moi tu es dispo vers 15h pour venir garder mes filles ? ». Note importante : l’interrogation dans cette phrase n’est là que pour la forme…

Votre cerveau se met alors en marche pour trouver la meilleure parade, car vous avez beau adorer vos nièces, vous savez que vous allez perdre deux ans d’espérance de vie.
Désolée, je ne peux pas :
– j’ai piscine (excuse pourrie)
– j’ai rencontré un mec hier soir (probabilité pour qu’il vous recontacte dans l’après midi, et dans l’année d’ailleurs : Nulle)
– j’ai la grippe, je ne veux pas la refiler à tes filles

Mais, bien évidemment, votre soeur vous connaît par coeur, vous, et la liste du Top 10 de vos excuses.
Vous acceptez donc, enfilez les fringues habituellement utilisées pour les déménagements et vous rendez chez votre soeur, en humant l’air, en contemplant les arbres, bref, en réalisant que d’ici 20 minutes, le calme environnant va laisser place au chaos !

Et c’est parti !

Vous arrivez, la plus grande se jette sur vous « Tata Téquilaaaaaaa ! » (elle ne comprendra que bien plus tard pourquoi vous êtes affublée de ce nom…), la seconde fait sa timide mais vous avez la parade… hop un nez de clown… elle rigole, ha non, là en fait, elle pleure. NB : que faire ?

– Solution 1 : Appeler sa mère.
– Solution 2 : Rien.
– Solution 3 : Lui donner un gâteau (Oh non ! Vous n’allez pas finir comme votre mère méditerranéenne qui croit qu’un loukoum chasse l’anxiété…)
– Solution 4 : L’enfermer dans un placard pendant quelques heures ou années (après réflexion, vous préférez être connue pour autre chose que d’avoir fait partie du casting de « Faîtes entrer l’accusé »)
– Solution 5 : Oublier votre dignité et vous transformer en « mon petit poney »
– Solution 6 : lui filer des thunes « je te donne 5 euros et tu arrêtes de pleurer » ( mais a-t-elle la notion de l’argent à 18 mois, et, est-ce bien raisonnable de lui inculquer ces valeurs ?)

1 minute plus tard, vous mixez finalement la solution 3 et 5, vous voilà à quatre pattes en train de galoper, et d’hennir, dans l’appartement, les deux gamines sur le dos. Elle a arrêté de pleurer mais vous pensez à trois choses « qu’ai-je fait pour mériter ça ? », « pitié, faites que personne ne me voit » et « je n’aurai jamais d’enfant à moins d’adopter un jeune brésilien de 18 ans qui aura, de surcroît, l’avantage de savoir faire le ménage ! »

5 minutes après, vous voilà en train de vous extasier devant le sac Hello Kitty de la grande (NB : si je lui vole, s’en apercevra-t-elle ?).

Au bout de 7 minutes, vous collez des gommettes…

A la 20ième minute, vous tentez vainement de nettoyer les murs, la plus jeune assumant pleinement son penchant pour l’art contemporain…

50 minutes plus tard, problème de couche. Vous vous fabriquez un masque avec votre foulard, prenez le désodorisant pour les toilettes, vaporisez cela bien fort et réussissez votre mission, après avoir analysé pendant 45 secondes tout de même, dans quel sens cet attirail se scotchait.

1h30, après l’effort, le réconfort… L’heure du goûter. Vous leur donnez un Prince de Lu et éclatez le restant de la boîte.

Au bout de 2h30, vos forces vous abandonnent. Vous avez l’image de ce soldat sur le point de mourir dire à son ami « laisse-moi ici, pars et ne te retourne pas » et sortez votre botte secrète… le DVD de « Oui Oui et la fête des boîtes de conserve »… vous n’avez jamais été aussi heureuse de voir un écran de télé mais vous allez conserver la chanson du générique dans votre tête durant deux jours…

3 heures plus tard, votre soeur arrive. Elle voit dans votre regard l’épuisement intense et lit dans vos pensées « Never again » !

J’ai perdu 2 ans d’espérance de vie mais je serai à nouveau là la prochaine fois car oui, c’est quand même mignon quand ça ne pleure pas, nous avons un sentiment de fierté quand nous leur apprenons un nouveau mot « oui, c’est ça, répète : ma tata est une bombasse » et oui, ça fait quand même quelque chose lorsqu’une petite main tient la vôtre.

Bravo à tous les parents… et courage !

Pour ma part, je conserve l’option du brésilien…

Je t’aime ma soeur, toi et ta famille… mais je garderai tes filles vers leurs 15 ans… j’aurai plus de choses à leur apprendre à ce moment là… Comment faire le mur ? Comment imiter ta signature ? Comment jouer de la batterie ? Que faire en cas de gueule de bois ?… et surtout, leur montrer que, chaque jour, il faut aimer et profiter de la vie !

 

Retrouvez Lady Montmartre sur Facebook : http://www.facebook.com/pages/Lady-Montmartre/260778350626894

 

 

 

Banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *