Love is all !
Banner
Do/Don't

Do : Arrêter de manger de la merde* et se mettre au Bio

* aaaahhhhh Jean-Pierre Coffe, je vous aime !

Allez, c’est décidé, je me convertis en adepte du Bio (enfin, après avoir englouti la dernière Potatoes-Ketchup, faut pas déconner quand même…).

Je me sens dès à présent investie d’une mission : infiltrer les Naturalia, Bio C’est bon et autres AMAP et Biocoop pour passer de la néophyte à la guerrière du genre (je conserverai tout de même l’épilation et ne troquerai pas mes fringues contre un chandail en chanvre tout moche et qui pue. Quant aux Birkenstock, plutôt marcher sur des braises que d’infliger ça à mes pieds et aux regards des passants !).

1ère étape et non des moindres : ôter de mes placards plats cuisinés et autres ingrédients bourrés de glutamate, sucre et additifs…

En bref, TOUT mon placard. Mais comme dirait ma grand-mère « Faut pas jeter », du coup, j’ingurgite pizza, granolas, lasagnes chèvre-épinards. Quand soudain, une pensée émue surgit et, avec elle, une question hautement philosophique… Est-ce que les algues procurent autant de plaisir que ce morceau de biscuit à 390 calories les 10 grammes ? Ca reste à voir.

2ième étape : Infiltration dans ma première cible

Eu égard à la décoration, au design et aux divers packaging, j’en déduis rapidement que l’esthétique n’est pas un concept « Bio ». Le Bio, c’est bon, mais… c’est moche. Une chose est sûre, vous ne risquez pas de craquer sur l’achat compulsif en tête de gondole (il n’y en a pas) ou à la caisse (à moins d’être un accro de… de la… de la poudre d’huîtres ???? … Dans quoi suis-je tombée ?)

Je prends donc mon petit panier et m’approche du rayon féculents. J’ai décidé de tout tester, à moi les pâtes à l’épeautre, au konjac, au sarrasin et aux algues. Jusque là tout va bien. Rayon frais, et donc, local ET de saison. Bref, une poire se bat contre une endive aidée par un potimarron… (en gros, en hiver tu mangeras orange et vert. Je commence à douter de mon choix. Vivement l’été).
Mais tout se corse réellement face au rayon protéines… R.I.P coquille Saint-Jacques, turbot, homard… vive le tofu (nature, aux herbes, aux algues – encore ??!! -), les crocs seitan, les burgers 100% végétaliens et sans gluten (on est une warrior ou on ne l’est pas !).
Petit arrêt au milieu des gélules en tous genres. 1er bug. Je prends du ginseng, de la spiruline (encore de l’algue, mais elles vont finir par nous bouffer) ou tout simplement de la levure de bière ? Ma décision est prise, j’irai boire quelques pintes pour faire du bien à mes cheveux et à mes ongles… C’est Bio, ça non ?

3ième étape : Le passage à la caisse et…
première boulette…

Juste devant moi, un panier bourré de petits pains aux figues me fait les yeux doux, j’en prends un, quand soudain, la file de clients et la caissière se tournent vers moi en me fusillant du regard. Mais qu’ai-je fait ?
La caissière : ON NE SE SERT PAS AINSI C’EST UNE QUESTION D’HYGIENE !
Les clients : Ouuuuuuhhhhh (enfin, c’est ce que crient leurs regards)
Moi intérieurement : et d’un, je n’en ai touché aucun autre que celui que j’ai à la main alors si je veux bouffer mes microbes c’est mon problème. Et de deux, je suis accro à la solution hydro alcoolique, mes mains sont propres (et je m’en fous si c’est pas bioooooo !). Et de trois, let the sunshine, let the sunshine in, the suuunshine iiin (je m’imagine déjà en train de faire la choré avec des fleurs dans les cheveux…) mais a priori, ils n’ont pas envie de danser avec moi… Bio mais pas fun.
Moi réellement : Désolée, je ne savais pas (Lady Montmartre : O / La faux cul en Lady Montmartre : 1)

… et deuxième boulette

« Je pourrais avoir un sac s’il vous plaît ? ». Et c’est reparti pour un uppercut. « Ce n’est pas écologique. En voilà un, la prochaine fois prenez un cabas. » Je comprends ce qu’ont ressenti les sorcières pendant l’inquisition.
Mais je comprends surtout pourquoi ce type au look improbable débarque avec son sac à dos Quechua. Je pensais que j’avais à faire au chaman local (Mouais à Montmartre, c’est pas commun) mais non c’est juste un évadé de Santa Cruz qui va faire du jonglage pendant une manif altermondialiste et qui, lui, prévoit son sac pour ne pas ajouter de déchets indésirables sur notre belle planète.  Le high level !

Après quelques semaines, me voilà désormais rodée et adepte (NB : pas de panique les ami(e)s, je ne vais pas me transformer et vous forcer à manger du quinoa en entrée, plat et dessert).
Effectivement, manger Bio n’est pas donné mais comme vous ne craquez pas sur le vernis à ongles flashy et la dernière crème miracle, vous vous y retrouvez.

Alors mission accomplie (j’ai même troqué ma carte Monop’ c’est dire) et mon corps me remercie ! Un grand Oui pour le tofu et les galettes végé. Mais une question demeure : Veulent-ils tuer des gens avec les algues fraîches en salade ?

Bon App les girls (Même si cela ne se dit pas…) et un petit effort, je vous assure… Le bio, c’est bon !

 

Photo : magasin « Au bout du champ », 118 rue Caulaincourt. Des fruits et légumes (agriculture bio ou raisonnée) issus de petits producteurs locaux (50 km max) : Ouvert 7/7j de 8h à 20h.

Banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *